© 2018 par Josuah Péloquin.

MA VISION DU DESIGN

Le design est un outil. Une technique créative de résolution de problème dont les effets bénéfiques ne sont pas a sous-estimer. 

Gestion des impacts pour un design responsable

 

Depuis le début du 20e siècle, plusieurs manifestes ont été rédigés dans le but de proposer une réflexion sur l’approche d’un design social et responsable qui saurait changer le monde. Cette réflexion personnelle, qui vise à influencer le commun, est d’autant plus d’actualité à l’époque contemporaine puisqu’elle est souvent oubliée dans notre contexte économique capitaliste. Cette réflexion créative à propos du design peut être utilisée dans le but de faire pencher la balance d’un design monnayable à un design responsable.

 

PROFITS (apporté par le design) VS IMPACTS (du design sur son environnement)

 

Toute pratique de résolution de problèmes, qui utilise le design comme outil de réflexion, a droit de questionner son aspect esthétique afin qu’il ne devienne pas uniquement un artéfact issu d’une mode ou d’un courant artistique. Ainsi, l’ornementation ou l’esthétisme du produit n’utilisera pas de ressources inutiles et se transposera mieux dans le temps grâce à son efficacité et non par sa beauté. Il faut se méfier de la beauté d’un objet  car elle est souvent issue d’un jugement personnel qui n’est pas propre à tous et qui traverse mal le temps. La solution au problème sera naturellement belle et s’intègrera dans son contexte de façon naturelle. L’esthétisme est donc un facteur qui s’intègre naturellement dans le résultat et non comme contrainte d’origine.

“The loss not only hit the consumer: above all it hit the producer. Today ornaments on things that have evolved away from the need to be ornamented represents wasted labour and ruined material.”   Ornament and crime – Adolf Loos

Remise en question, autocritique et déconstruction du processus doivent s’opérer afin de mieux comprendre le pourquoi de la question en elle-même.  Il ne suffit pas de répondre au problème, mais de questionner la présence de ce problème en premiers lieux. Une fois le design mis en œuvre, ses acteurs doivent pouvoir l’utiliser comme outil afin de faire évoluer leur pratique et adapter leur approche.

Le designer doit promouvoir l’aspect social et humain de sa pratique afin de s’éloigner du design uniquement profitable par sa valeur marchande. L’adoption d’une pratique sociale est essentielle puisque le design a pour but d’améliorer la situation humaine. Que ce soit par l’expérience architecturale, l’ergonomie d’un objet ou l’efficacité urbaine d’une ville, le design doit être axé sur l’utilisateur afin qu’il augmente la qualité du rapport qu’il a avec son environnement.

« La fin ou le but du design est d’améliorer ou au moins de maintenir l’habitabilité du monde dans toutes ses dimensions. » -Alain Findeli

Le concepteur a la responsabilité d’éduquer la société. La transmission de son savoir et de sa sensibilité peut se faire par la production de projets durable et écologique qui marquera son utilisateur et l’incitera à sensibiliser son entourage. Établir des changements progressifs dans notre pratique puisqu’une petite intervention peut avoir de gros impacts à travers le temps. L’important est d’avancer!

INSPIRATIONS

1.
TEXTE 1

Lien

2.
TEXTE 2

Lien

3.
TEXTE 3

Lien

  • White Facebook Icon
  • Blanc Tumblr Icône
  • Blanc LinkedIn Icône
  • White Instagram Icon